Robes métalliques argentées pour les Fêtes

On m’a récemment demandé conseil pour l’achat d’une robe en tissu métallique argenté pour les Fêtes.

On veut toutes être à notre meilleur pour nos sorties des Fêtes. Que ce soit pour un 5 à 7 ou la grande soirée du Nouvel an, on veut briller de mille feux.

Je vous partage ici le fruit de mes recherches, j’ai sélectionné 7 robes de la plus classique à la plus tendance. J’indique à côté de chaque robe, les types de morphologies qui peuvent la porter.

Robe H&M

 

Pour les morphologies en X,V et O

 

 

 

 

 

 

 

Robe Le Château

 

 

Pour les morphologies en A, X et 8

 

 

 

 

 

Robe Le Château

 

 

Pour les morphologies en O, V,X et 8

 

 

 

 

 

Robe Zara

 

 

Pour les morphologies en V, X et H

 

 

 

 

 

 

Robe H&M

 

 

 

Pour les morphologies en H

 

 

 

 

 

Robe Melanie Lyne

 

 

 Pour les morphologies en A, X e 8

 

 

 

 

 

Robe Laura

 

 

Pour les morphologies en V, X et 8

 

 

 

 

 

Robe argent Zara

 

 

Cette robe n’avantage aucune morphologie, certaines audacieuses pourront la porter pour se démarquer mais cela ne mettra pas en valeur leur silhouette.

 

 

 

 

 

Vous trouverez beaucoup d’autres modèles en magasin et en boutique et elles se feront beaucoup plus rares en janvier. Essayez différents modèles selon votre morphologie et fiez-vous à votre intuition. Si vous avez des doutes, il vaut mieux s’abstenir. Elle n’est sans doute pas faite pour vous.

Bon magasinage et n’oubliez pas : vous êtes splendide !

 

Photo en haut de l’article:

1ière colonne:
https://www2.hm.com/fr_ca/productpage.0702855001.html 

https://www2.hm.com/fr_ca/productpage.0682334002.html

2ième colonne:
3ième colonne:

https://go.zara/2OQKKmo

Du matériel original et non copié

Quand on a quelque chose en tête et qu’on veut du matériel original et non copié, on le fait soi-même.

Ça fait longtemps que je n’ai pas dessiné, ça me prend du temps et c’est loin d’être parfait mais ça va faire le travail.  C’est un de mes outils en analyse de la morphologie du visage. J’en créé beaucoup ces temps-ci car ce que j’ai en tête n’existe pas ou ce qui existe ne me convient pas, n’est pas disponible ou est trop onéreux.

Il y a plusieurs heures de recherches derrière ce simple dessin afin de présenter le maquillage idéal pour un visage carré. Même la forme des sourcils a été étudiée. Heureusement, je donne les explications qui viennent avec ces images à mes clientes et dans mes ateliers.

Ne vous inquiétez pas, elles ne se maquilleront pas tout à fait comme ça. 😉 C’est exagéré pour faciliter la compréhension et c’est facile à décoder. Il faut que ça reste simple mais efficace.

Dans ma vie d’entrepreneure, je touche à tout. La créativité et l’innovation font partie de mon quotidien. Je veux avant tout que vous, mes clients et clientes trouviez ça agréable et pas compliqué de vous mettre en valeur selon votre personnalité et votre morphologie.

 

Le coquelicot, symbole du Jour du Souvenir

Il sera porté du côté gauche, près du cœur à partir du dernier vendredi d’octobre jusqu’à la fin de la journée du 11 novembre, Jour du Souvenir pour honorer la mémoire des Anciens Combattants.

Son origine comme symbole du Jour du Souvenir provient de la Première guerre mondiale et plus précisément des batailles qui ont eu lieu dans les champs de Flandre en France et en Belgique.

La graine du coquelicot peut être en dormance dans le sol pendant des années mais lorsqu’on remue la terre, la graine germe. Le coquelicot demande un sol calcaire pour bien fleurir. La chaux résultant des bombardements a été mélangée avec le sol et a créé les conditions idéales pour la floraison du coquelicot.

En mai 1915, le lieutenant-colonel John McCrae, médecin militaire écrit un poème en regardant les champs recouverts de coquelicots: « In Flanders fields ». Le poème a été publié en décembre 1915 dans la revue « Punch ».

Trois ans plus tard, suite à la lecture de ce poème, une enseignante américaine, Moina Michael décida de toujours porter un coquelicot en Souvenir.

En 1920, suite à une visite aux États-Unis en 1920, une française nommée Anne Guérin découvrira elle aussi le poème de John McCrae . Émue par sa lecture, elle créera l’American and French Children’s League. Elle amasse des fonds en vendant des coquelicots en tissu pour venir en aide aux gens touchés par la guerre et particulièrement aux orphelins.

En 1921, elle parvient à convaincre la Légion britannique et l’ancêtre de la Légion royale canadienne, la Great War Veterans Association of Canada d’adopter le coquelicot comme symbole du souvenir. La tradition se perpétue aujourd’hui.

Il sera porté du côté gauche, près du cœur à partir du dernier vendredi d’octobre jusqu’à la fin de la journée du 11 novembre, Jour du Souvenir.

Voici la version traduite en français du poème de John McCrae:

“Au champ d’honneur”

Au champ d’honneur, les coquelicots

Sont parsemés de lot en lot

Auprès des croix; et dans l’espace

Les alouettes devenues lasses

Mêlent leurs chants au sifflement

Des obusiers.

Nous sommes morts

Nous qui songions la veille encore

À nos parents, à nos amis,

C’est nous qui reposons ici

Au champ d’honneur.

À vous jeunes désabusés

À vous de porter l’oriflamme

Et de garder au fond de l’âme

Le goût de vivre en liberté.

Acceptez le défi, sinon

Les coquelicots se faneront

Au champ d’honneur

[trad. Jean Pariseau]

 

Sources : La Légion royale canadienne, Anciens Combattants Canadiens, L’Encyclopédie canadienne : thecanadianencyclopedia.ca

La chienne à Jacques

Qui est Jacques et pourquoi on parle de sa chienne ?

Au début du 19e siècle, dans le Bas-du-Fleuve vivait un certain Jacques Aubert. Jacques était un célibataire endurci et ne possédait pour seule compagnie qu’une chienne qui avait une maladie et avait perdu tout son poil. Afin qu’elle survive l’hiver, Jacques Aubert lui faisait porter de vieux chandails usés et inutilisables. Ses voisins et connaissances voyaient passer régulièrement cette chienne vêtue de vieux vêtements.

Quand on voulait se moquer de quelqu’un qui était mal vêtu, on disait de lui qu’il était habillé comme la chienne à Jacques.

Il s’agit d’une expression typiquement québécoise. 😉

Sources: Société franco-ontarienne d’histoire et de généalogie et Impératif français